Généalogie en Italie : 3 étapes pour réussir votre visite

Et voilà, le moment tant attendu est arrivé, nous sommes allés chercher les ancêtres italiens de mon mari directement en Italie !
Un retour aux sources dans les villages de ses ancêtres qu’il ne connaissait pas, des rencontres riches en émotion et des visites aux archives encore et encore. Dans cet article je vais vous donner tous les conseils que nous aurions bien aimé recevoir avant d’entamer ces recherches généalogiques afin de vous aider à commencer les vôtres et préparer un éventuel séjour en Italie pour aller plus loin. Cet article se concentre essentiellement sur les recherches généalogiques en Vénétie (Veneto en italien) dans les provinces de Trévise, Vicenza et Vérone.

 

La généalogie en Italie, comment ça marche ?

Quoi de mieux qu’un petit tableau comparatif simplifié des archives en France et en Italie :

En France
En Italie
Registres paroissiaux
De 1539 (ordonnance de Villers-Cotterêts) à aujourd’hui
Conservés aujourd’hui à la mairie
Baptêmes, Mariages religieux, Sépultures (BMS)
De 1545 (concile de Trente) à aujourd’hui
Conservés à la paroisse
Battesimi, Matrimoni, Morti
Registres d’Etat Civil
De 1792 à aujourd’hui
Conservés à la mairie
Naissances, Mariages, Décès (NMD)
De 1866 (constitution de l’Etat italien)/1870-1871 pour le Veneto à aujourd’hui
Conservés à la mairie et parfois à la paroisse
Nati Civili, Matrimoni Civili, Morti Civili
Pour le Veneto : de 1806 à 1815
Conservés aux Archives d’Etat et parfois à la paroisse
Nati, Matrimoni, Morti
Recensements par famille
Recensement conservé aux Archives Départementales
Stato delle Anime conservé à la paroisse (dates qui varient, le plus vieux que nous ayons trouvé date de 1764)
Registre di Populazione conservé à la mairie (à partir de 1866)
Autres
Dispenses de consanguinité conservées aux Archives Départementales ou au Archives Diocésaines
Dispenses de consanguinité conservées aux Archives du Diocèse

En France, nous avons la possibilité de nous rendre directement dans les mairies pour consulter librement les registres d’Etat Civil (de plus de 75 ans) et les registres paroissiaux qui sont également disponibles à la consultation aux Archives Départementales. Nous avons aussi accès à la majorité de ces archives en ligne sur les sites de nos Archives Départementales.

En Italie, c’est un peu plus compliqué. Quand on se rend directement dans les mairies, on ne peut pas consulter les registres sur place. C’est tout du moins l’expérience que nous avons eu dans les mairies dans lesquelles nous nous sommes présentés. Il faut faire une demande écrite à l’aide d’un formulaire pour des actes dont on connaît précisément la date. Et il faut attendre au moins quelques jours (et cela peut aller jusqu’à des semaines) pour que la mairie fasse les recherches. Peu pratique quand on a pris du temps pour faire le déplacement en Italie et que l’on ne connaît pas de dates précises.

Nous avons donc privilégié la recherche dans les paroisses. Celle-ci se révèle cependant plus compliquée car pour une commune il y a plusieurs paroisses et donc cela fait beaucoup d’endroits où chercher. Heureusement, une fois que l’on a trouvé la bonne paroisse, les actes paroissiaux que l’on y trouve précisent de quelles autres paroisses viennent éventuellement les personnes notées sur l’acte. Il faut savoir aussi que la population italienne est aujourd’hui globalement plus pratiquante qu’en France, donc vous retrouverez à presque toujours à la paroisse les actes de baptême, mariage et décès de vos ancêtres au XXème siècle.

Ayez toujours à portée de main ce site de la Chiesa Cattolica Italiana, absolument génial pour retrouver les différentes paroisses d’une commune et associer les communes aux diocèses : http://www.chiesacattolica.it/cci_new/parrocchie/

 

Etape 1 – avant votre visite en Italie

Ecrivez (vous pouvez le faire par email) aux mairies pour obtenir les actes d’Etat Civil dont vous connaissez les dates exactes. Demandez une copie intégrale (copia integrale) de l’acte.
Au petit bonheur la chance, certaines mairies vous enverront par email la photo de l’acte, d’autres un document officiel avec les informations sur les personnes concernées par l’acte, d’autres le minimum d’infos par email. N’hésitez pas à renvoyer un email pour demander une photographie.

Voici un email type pour contacter une mairie :

Sujet : Atto di [Type d’acte : Nascita, Matrimonio ou Morte]
Gentile Signora, Egregio Signore,
Ricerco una copia integrale (o una fotocopia allo scanner) del atto di
[Type d’acte : Nascita, Matrimonio ou Morte] di :
[Nom de votre ancêtre]
nato [ou nata] a [Nom de la commune] il [Date]
figlio [ou figlia] di [Nom des parents si vous les connaissez]
Questo documento mi sarebbe utile nella sua integralità, per permettermi di ultimare delle indagini sui miei ascendenti diretti.
Le sarei grato di indicarmi come ottenere questo documento.
Coi miei ringraziamenti, La prego gradire, Signora, Egregio Signore, i miei rispettuosi saluti.

[Signature]

Récupérez ainsi le plus d’informations possible à l’avance pour couvrir la période de 1866 à aujourd’hui.

 

Etape 2 – pour préparer votre visite

Ecrivez (par email) aux diocèses (identifiés grâce au site ci-dessus de la Chiesa Cattolica Italiana) pour obtenir leur accord pour aller consulter les registres paroissiaux dans des paroisses données. Généralement le diocèse vous redirigera vers les paroisses elles-mêmes. Dans ce cas, soit le prêtre vous dira de passer quand vous voulez et vous donnera les horaires d’ouvertures, soit il vous demandera de prendre rendez-vous avec l’archiviste.

Evitez de faire vos recherches dans les paroisses pendant les périodes de fêtes ou de vacances car elles risquent d’être fermées.

Voici un email type pour contacter un diocèse :

Sujet : Ricerche negli archivi diocesani di [Verona]
Egregio signore,
Mi chiamo
[Votre nom]. Sono francese ma tutti i miei nonni sono italiani. Vengo in Italia per fare ricerche sui miei antenati [Nom de famille de vos ancêtres]. Questa ricerca è solo storica.
Vorrei consultare gli archivi per la parrocchia di
[Nom de la paroisse] (battesimi, matrimoni, morti, stato dell’anime).
Posso consultare i registri direttamente presso la parrocchia andando a
[Nom de la paroisse] con il suo consenso?
Ringrazio in anticipo per la gentilissima Sua cortesia e colgo l’occasione di porgerle, Gentile Signore, i miei più distinti saluti.

[Signature]

De notre côté, nous avons dans chacune de nos demandes précisé que le motif de nos recherches était historique (ricerca storica). J’avais lu que les recherches généalogiques en Italie pouvaient être mal vues car associées à une recherche d’héritage. On nous a plusieurs fois demandé l’objectif de nos recherches et nous avons quand-même eu une fois un archiviste qui nous a dit sèchement alors que nous voulions consulter des registres plus vieux que c’était un peu exagéré de rechercher ses ancêtres jusqu’au XVIIIème siècle (mais de quoi je me mêle !).

Cas du diocèse de Vérone
Suite à notre email, le diocèse nous a répondu rapidement sur notre demande d’aller consulter les registres d’une paroisse du diocèse.
Email : cancelleria [at] diocesivr.it

Nous nous sommes aussi rendus sans rendez-vous à l’Archivio diocesano de Vérone. Nous avons été très bien reçus et avons pu retrouver en quelques minutes des dossiers de dispenses de consanguinité pour deux paroisses du diocèse. Ces dossiers sont très intéressants car on y trouve des arbres généalogiques dessinés par les prêtres.
Plus d’infos ici : http://www.diocesiverona.it/pls/s2ewdiocesiverona/v3_s2ew_consultazione.mostra_pagina?id_pagina=25399
Coordonnées de l’Archivio diocesano de Vérone : Archivio Storico della Curia Vescovile, Piazza Duomo 19, Verona
A noter que l’Archivio diocesano de Vérone conserve aussi les registres paroissiaux de Vérone (mais ne centralise pas ceux des autres paroisses malheureusement).

Cas du diocèse de Trévise
Nous avons la chance d’avoir encore de la famille italienne du côté de Trévise, donc ils sont allés voir le prêtre pour nous et nous avons eu un premier rendez-vous planifié. Comme nous sommes restés plusieurs jours, les jours suivants nous avons pu nous présenter tranquillement aux horaires d’ouverture de la paroisse. Pendant nos recherches, nous avons aussi découvert de nouvelles paroisses à visiter. Nous nous sommes présentés sans rendez-vous et parfois on a accepté de nous recevoir.

 

Généalogie Italie - Carte région de Trévise
Carte ancienne de la région de Trévise

Cas du diocèse de Vincenza
Gros bonus pour le diocèse de Vicenza : tous les actes de toutes les paroisses du diocèse de Vicenza ont été photographiés et sont disponibles en accès sur les ordinateurs de la salle de lecture de l’Archivio Storico della Curia Vescovile à Vicenza. C’est un énorme gain de temps !
Plus d’infos ici : http://www.diocesi.vicenza.it/home_page/curia/00000024_Archivi.html

On vous conseille juste de prendre rendez-vous à l’avance avec le responsable de la salle de lecture, Antonio Robusti (demandez-moi son email). La salle de lecture est ouverte les mercredis et vendredis de 9h à 17h mais il n’y a que quatre ordinateurs qui sont pris d’assaut plusieurs semaines à l’avance.
Coordonnées de l’Archivio diocesano de Vicenza : Archivio Storico della Curia Vescovile, Piazza Duomo 10, Vicenza

Pour vous aider sur les autres diocèses
Pour toute aide pour préparer votre visite ou savoir quelle adresse email contacter pour un diocèse, vous pouvez également vous adresser au site d’entraide généalogique en Italie https://www.tuttogenealogia.it avec un forum pour les français.

 

Etape 3 – pendant votre visite

Votre visite bien préparée, vous serez attendu par le prêtre ou l’archiviste. La maison où vous vous rendrez et où se trouvent les archives d’une paroisse et où vit parfois le prêtre s’appelle la Canonica.

Nous avons toujours été très bien reçus mais la session à la paroisse peut varier suivant les prêtres et les archivistes. Dans certains cas, l’archiviste s’occupe de tout. Il va chercher les registres un par un, cherche lui-même les actes devant vous et vous laisse peu le plaisir de la recherche. Dans d’autres cas, un archiviste plus souple vous laisse vous servir dans les armoires et consulter librement tout ce que vous voulez (le bonheur !). Cela dépend vraiment sur qui vous tombez.

Dans tous les cas, vous avez le droit de prendre en photo les registres (au moins pour des actes de plus de 100 ans).

Certaines paroisses vous demanderont une donation pour les recherches mais dans 90% des cas nous n’avons rien eu à payer. Comptez 10 à 30 € pour une donation.

Une fois sur place, vous allez peut-être découvrir qu’il vous faut chercher dans une paroisse que vous n’avez pas déjà contactée. Passez leur un coup de fil pour savoir quand vous pouvez venir. Nous avons souvent pu être reçus le jour-même. Nous avons aussi tenté de nous présenter directement à la paroisse sans prévenir. Cela a marché deux fois sur quatre. Généralement quand il y a juste le prêtre, il vous reçoit et vous laisse faire tranquillement vos recherches. Si vous tombez sur une secrétaire ou un archiviste pressé, il vous demandera de repasser plus tard ou de faire une demande par email.

Quelques conseils pratiques sur le terrain

– Le Stato delle Anime est vraiment le document le plus pratique pour établir la composition d’une famille car il recense tous les habitants d’une même maisonnée avec leurs dates de naissance, mariage et parfois décès. C’est un incontournable, surtout si vous faites de la généalogie descendante ! N’oubliez pas de demander à le consulter car il est parfois dans un autre endroit que le reste des registres.

– Dans les paroisses on trouve à certaines époques les registres de baptêmes (Battesimi) et de naissances (Nati Civile) qui couvrent les mêmes dates. Nous avons constaté que les registres de naissances sont les plus intéressants, car il y est indiqué la date de mariage des parents de l’enfant. Globalement, nous avons constaté que les registres « Civile » donnent plus d’informations.

– Regardez bien à la fin de chaque registre s’il n’y a pas un répertoire des noms par ordre alphabétique pour gagner du temps !

– Pour les registres paroissiaux anciens, les actes sont parfois classés par ordre alphabétique en fonction du prénom de la personne concernée par l’acte ! Et pour les mariages, certains registres sont classés par le prénom de la mariée et non celui du marié.

– Enfin, sur un acte de mariage, nous sommes tombés sur l’expression « del pio luogo » là où il y aurait dû y avoir un nom de famille. Contrairement à ce que l’on pourrait croire « DEL PIO LUOGO » n’est pas un nom de famille. Cette mention indique que la personne vient du « pio luogo », l’endroit où étaient recueillis les enfants abandonnés. Une fois identifié dans le diocèse, le pio luogo tient des registres des entrées et des baptêmes des enfants répertoriés selon leur prénom.

 

Généalogie Italie - Registre

 

Petit lexique italien de généalogie

On vous conseille d’apprendre comment dire les dates en italien, c’est plus pratique pour communiquer. Nous parlions un italien très basique et nous avons toujours réussi à nous faire comprendre. Aidez-vous de Google Traduction et n’ayez pas peur de vous lancer. Vos interlocuteurs italiens apprécieront vos efforts.

– Phrase d’introduction : Bonjour, je m’appelle …, je suis français et je fais des recherches sur mes ancêtres italiens. -> Buongiorno, mi chiamo …, sono francese e faccio una ricerca storica sui miei antenati italiani.
– Je voudrais consulter les registres paroissiaux -> Vorrei consultare i registri della parrocchia.
– Naissance -> Nascita
– Baptême -> Battesimo
– Mariage -> Matrimonio
– Décès -> Morte
– Avant (une année) -> Prima del xxxx
– Après (une année) -> Dopo il xxxx

Autres ressources

– Les Archives Nationales italiennes qui ont mis 100 millions d’actes en ligne : http://www.antenati.san.beniculturali.it
– Plein de liens pour faire des recherches en Vénétie grâce au blog Mes Racines en Vénétie : http://www.venarbol.net/liens/recherches-en-italie/venetie
– Les Archives d’Etat, équivalent de nos Archives Départementales, peuvent également être très utiles. Nous n’avons pas eu le temps de creuser pour voir ce que nous pouvions y trouver. Mais nous avons vu que les Archives d’Etat de Vérone ont les registres de la période vénitienne (XVIIème et XVIIIème siècle) et de la période napoléonienne pour toutes les communes. Aux Archives d’Etat, on trouve aussi les Archives notariées. Cherchez sur les sites des Archives d’Etat des différentes provinces pour voir si certains de leurs fonds vous intéressent.

Enfin, contactez-moi si vous avez besoin d’aide ou si vous faites des recherches sur les communes de : Preganziol (Treviso), Zero Branco (Treviso), Mogliano Veneto (Treviso), Casier (Treviso), Chiampo (Vicenza), Nogarole Vicentino (Vicenza), Trissino (Vicenza), Arzignano (Vicenza), Vestenanova (Verona), Grezzana (Verona).

Sur ce, buona ricerca !

1 Comment

Posez votre question ou laissez-moi un petit mot :)